samedi 24 mars 2012

Mode (de demandeur) d'emploi



Tu es jeune, fraîchement diplômé et tu viens juste d'arriver sur le marché du non-travail ? Tu t'es fait licencier et tu expérimentes pour la première fois les affres du chômage ? Non-travailleur, non-travailleuse, voici un petit guide touristique afin que tu te sentes à l'aise et pleinement épanoui(e) dans cette situation nouvelle pour toi et par conséquent, un peu perturbante. 

Les signes de reconnaissance

Première bonne nouvelle : tu n'es pas seul. Le nombre des inactifs prend chaque jour que Dieu fait de plus en plus d'ampleur. Réjouis-toi ! Tu appartiens à une communauté soudée, à l'instar des expats en terre étrangère. Cependant, les personnes en recherche d'emploi ne laissent pas entrer n'importe qui dans leur cercle, c'est un peu comme les francs-maçons, ou les illuminati. Il existe même des signes de reconnaissance assez discrets que seuls toi et tes semblables êtes à même de connaître. Alors lis avec attention ce que je m'apprête à te révéler, c'est tout à fait crucial pour ton intégration. En ta qualité de demandeur d'emploi, toi seul peux connaître ces termes puisque les gens qui travaillent la journée ne sont pas à même d'être initiés au language des grands maîtres, à savoir Patrice Laffont, et Thierry Beccaro. Les chômeurs se reconnaissent entre eux en échangeant discrètement lors de leurs rencontres les termes suivants (au choix en fonction des écoles, et des générations) :
- "Mironton" auquel l'autre personne répondra bien évidemment "Barjabulle", ou
- "Momomotus" suivi de "Ohhhhhhh ! Ohohohoh ! (évoquant le tirage de la boule noire, comme chacun sait.)"

Les séries télé

J'en viens tout naturellement à ton occupation principale et exclusive en ta qualité de chômeur. Tu pourrais bien évidemment profiter du temps libre que tu appelais de tes voeux si ardemment "à l'époque" (c'est-à-dire quand tu n'avais pas le temps, parce que tu étais encore sociabilisé), pour faire des choses constructives. Expos, terrasses, reprendre contact avec d'anciens potes, redécorer ton appart'... bref, ce genre de choses. N'y pense même pas. Le chômeur se doit de regarder des séries télé toute la sainte journée, enfermé chez lui même en plein été. Tu auras cependant le choix entre plusieurs programmes : Derrick, les feux de l'amour, la série du début d'aprèm sur M6. Eventuellement, tu pourras t'accorder quelques replays mais pas trop, sinon tu trahis la cause. 

La procrastination

Peu à peu, tu te sentiras envahi(e) d'une langueur extrême, qui se muera en épuisement. C'est tout à fait normal. Eu égard à "la conjoncture", aux perspectives d'avenir florissantes et au boom économique, tu feras comme le reste des Mironton et Barjabulle : tu vas déprimer. Avec pour corollaire évident la procrastination. Mon CV ? Demain, là j'ai pas le temps, y'a esprits criminels qui commence dans 2 heures. Ma déclaration Pôle Emploi ? Faut que je retrouve mon identifiant. Il est de mon devoir de te mettre en garde : Déprime, mais garde ta dignité. Nombreux sont ceux qui ont franchi le cap et qui passent leur journée en pyj, qui laissent pousser leurs poils (mesdames) et qui ne se brossent même plus les dents. La solution ? Trouve-toi un hobby. Il est temps. Les nouvelles tendances florissent sur le web, choisis en une et fais t'en un violon d'Ingres. Le DIY, la peinture sur soie, le bowling, le poker (non, en fait, pas le poker). Qu'importe ! Cette nouvelle passion sera la bouée qui te permettra de ne pas t'enfoncer et de vivre sereinement ton chômage, le sourire aux lèvres et la fleur au fusil, comme tout un (presque) chacun !

Et puis de toute façon, comme tout le monde le sait, la France est forte et le changement, c'est maintenant (youpi). Tu vois, l'avenir s'offre à toi !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour ton commentaire, il sera modéré en attente de publication.
A bientôt !
Lili

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported License.