dimanche 17 avril 2011

La gourmandise est un vilain défaut (demandez à mes fesses)


Ayant été élevée dans la plus pure tradition culinaire Mousseline-Mac Do-Buitoni, la démarche légumes frais du marché  / soupe maison ne va pas de soi. Aussi, il est vrai que cet hiver, je me suis un petit peu lâchée question junk food. Qui plus est, j'ai un tout petit peu laissé tomber le sport, au profit des apéros (il faut bien faire un choix).

Je pourrais évidemment ressentir un tant soit peu de culpabilité, mais j'ai un atout dans la manche : mon comparse de malbouffe et meilleur pote Mika. A chaque fois que je sens poindre l'envie d'un kebab / burger / autre nourriture très équilibrée, je lui envoie un texto : "tu vas manger quoiiiiii ?". En règle générale la réponse fuse: "Non ! Grossis toute seule, moi je me fais une soupe". Mika me connaît suffisamment pour savoir que je me moque éperdument de son menu du soir, et que je m'apprête à jouer le serpent de la Bible, prête à tout pour que nous cédions à la tentation de concert. Il sait également qu'un autre SMS va suivre : "Allez, je suis sûre que t'as envie de te faire un Mac Do...". En général, cela suffit : "tu m'emmerdes". Traduction : J'ai gagné (vous aurez remarqué la grande force de caractère du personnage). Gagné quoi me direz-vous ? C'est simple, nous sommes deux à manger notre Menu Maxi Best of Frites Triple Burger Coca (Coca-Light, c'est important, junk food certes, mais nous restons toujours dans la pondération, jamais de démesure), chacun chez nous, mais avec la satisfaction de savoir que je ne suis pas seule à avoir fauté. Grand pouvoir déculpabilisant, donc.

Et pour être sincère, j'ai beaucoup de mal avec les interdits. Par conséquent, lorsque quelque chose me fait envie, je cède. Tout particulièrement s'agissant de  la nourriture. Etant gourmande de nature, cela aurait pu poser un gros problème. Mais une chose absolument miraculeuse s'est passée cet hiver : je n'ai pas grossi. Je criais à tout va : "Mais c'est fabuleux, je mange des gâteaux, des pots de glace Macadamia caramel, des raclettes, des burgers, et je ne grossis pas ! C'est génial ! Thanks God pour ce don du ciel !" J'ignorais le ricanement de mes amis : "Bande de jaloux ! L'amertume vous ronge ! Mouah ha ha ha (rire sardonique) !"

Sauf qu'un jour... j'ai dû me rendre à l'évidence. Mes jeans, et là je précise bien TOUS mes jeans, dans lesquels je rentrais très aisément la veille, se sont ligués contre moi un beau matin de printemps. J'ai eu beau me contorsionner sur mon lit, faire le pont allongée par terre, pas moyen de fermer le bouton. J'ai donc consulté mes amis pour tenter de trouver une explication au problème :

- Je ne rentre plus dans mes jeans.
- Tu as grossi.
- Je rentrais dans mes jeans hier.
- Tu as grossi.
- Ils ont peut-être rétréci ?
- Tu as grossi.

- C'est peut être la chaleur ?
- Tu as grossi.
J'ai donc dû admettre que, telle la cigale qui a chanté tout l'été et se trouve fort dépourvue une fois la bise venue, j'ai légèrement anticipé ma capacité à la non-prise de poids. J'ai donc pris 5 kilos en une nuit (ou du moins, c'est l'effet que cela m'a fait).

J'ai donc décidé de faire un REGIME. Et bien laissez-moi vous dire que cela fait une semaine que j'ai commencé, et que je n'ai jamais autant mangé depuis cette grave décision. J'ai donc laissé tomber le régime (quel mot horrible d'ailleurs, quand on y pense), et radicalement changé d'optique. Je vais dès demain me racheter des jeans.

2 commentaires:

Merci pour ton commentaire, il sera modéré en attente de publication.
A bientôt !
Lili

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported License.