mardi 25 janvier 2011

Fuck me I'm famous : Ma soirée en VIP

Samedi soir, j'avais décidé de me faire une soirée off. J'étais donc tranquillement installée dans mon lit en train de regarder Grey's Anatomy en replay, avec mes Petits écoliers et mon thé vert, lorsque j'ai reçu un texto, puis deux, puis trois, de potes de Paris que je n'avais pas vus depuis longtemps. Je me suis d'abord dit : "Pas moyen, j'suis trop bien, y'a une intrigue de ouf, je bouge pas", puis : "Ca fait longtemps que je ne les ai pas vus, quand même", et enfin : "Bon ok, c'est du replay, je peux me les mater demain, et ils sont juste à côté, je passe juste 5 minutes". Grande, grande volonté, ainsi que vous pourrez le remarquer.

Me voilà donc remaquillée, resapée, reparfumée, trottinant gaiement à l'idée de faire un petit coucou à mes amis de la capitale. Aucun intérêt à se pomponner ainsi pour un passage éclair, me direz-vous ? Détrompez-vous ! Car dès mon arrivée, ils m'ont baillonnée, passé les menottes, mise de force dans la voiture, direction le club en vogue du moment, malgré mes hurlements, menaces de sauter en marche, etc. Certes, si vous les interrogez, ils vous diront que la réalité est toute autre... Eux : "On sort ?" Moi : "Graaaaave", voire même... Moi : "Allez, les mecs, on sooooort !" Eux : "Pourquoi pas". Ne les croyez pas. Mes amis sont mythomanes (mais très gentils quand même).

Par chance, mes amis parisiens ont un grand réseau de connaissances et Best friends for ever à Lille, ce qui nous a permis de passer une soirée en tant que "Very Important Persons". Le statut de VIP procure des avantages non négligeables. A mon sens, le plus gros privilège est celui de ne pas faire la queue pendant une heure à se geler les miches. Certes, on se fait une centaine d'ennemis, mais je suis prête à prendre le risque. Je m'évite ainsi pneumonie, bronchite ou autre rhume. Ne dit-on pas "Bonne année, bonne santé"?

Le reste est pour le moins original. Une fois dans le carré VIP, mes amis m'ont présenté à des tas de gens : "Je te présente Lili". On se fait la bise, on se complimente : "J'adore ton headband!" "Euh... j'adore tes... yeux ! (j'étais prise de court, je me chauffais, ensuite les compliments ont été plus adaptés)". J'ai appris par la suite que mes amis n'avaient pas la moindre idée de qui étaient tous ces gens qu'ils me présentaient.

Le carré VIP est une grande famille. Nous sommes entre nous. J'ai été invitée à deux crémaillères, un anniversaire et trois vernissages. Je n'ai pas la moindre idée de l'identité des organisateurs, mais sur le moment, nous étions tous les meilleurs amis du monde. Chacun d'entre nous se serait jeté sous les roues d'un bus pour sauver un des autres.

Les discussions étaient axées sur le partage et l'échange : "je t'offre un verre sur mon magnum, parce que tu es mon meilleur ami depuis 20 minutes. Peux-tu juste me dire ton prénom ?" "Oh, tu es tellement authentique et tes valeurs sont si vraies, alors moi aussi, je vais t'offrir un verre de mon jéroboam (meilleurs amis, mais compétition sous-jacente quand même quant à la taille de la bouteille, et donc de la fortune)".

Mais je dois vous avouer que les inconvénients existent tout de même lorsqu'on est un VIP. Ainsi, les toilettes sont à l'autre bout du club et ma vessie étant très petite, j'ai passé à peu près le quart de ma soirée à faire des allers-retours marathons. Et en plus, quand je regardais les gens qui dansaient dans la salle, ils avaient quand même l'air de s'amuser beaucoup, beaucoup plus que moi...

1 commentaire:

  1. Tellement vrai!!!! J'adore! Merci pour ces bons moments...

    RépondreSupprimer

Merci pour ton commentaire, il sera modéré en attente de publication.
A bientôt !
Lili

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported License.