samedi 8 janvier 2011

Comment j'ai sué sang et eau pour être intégrée dans mon club de sport

Avec Magathe, nous avons décidé de reprendre le sport. Bon, pour nous, le sport, c'était un peu à la roots, tranquille quoi. Mais attention, on était tout de même ultra motivées. On s'imaginait un petit peu Véronique et Davina sous pétard, comme ça...



Nous nous sommes donc inscrites dans un club de sport, et nous vlà toutes les deux sur notre step. La prof arrive, comme dans les films américains, caleçon lycra fluo et justaucorps string par dessus, elle met un micro comme les pilotes d'avion, elle appuie sur un bouton et... c'est l'apocalypse. On se serait crues dans une rave. La musique, c'était de la techno hardcore trance version thunderdome volume 4, et il y avait des stromboscopes partout ! Quelle ne fut pas notre surprise ! "Euh, excusez-moi, on est bien au step débutants là ?" "Ouais ouais !!". Bon. Bah y'a plus qu'à se lancer alors...

Et c'est pile à ce moment là qu'on s'est aperçues que les autres filles ne vivaient QUE pour leur séance de sport. Aujourd'hui encore, je me demande si elles n'ont pas un dortoir dans une salle attenante, et si leur tenue ne sont pas greffée à leur corps. A chaque fois que la prof demandait "on continue ?" ou "vous êtes fatiguées ?", c'était un hurlement collégial et des applaudissements à tout rompre comme dans un concert de Lady Gaga. Mais ce qui nous a vraiment mis la puce à l'oreille, c'est que la prof appelait telle ou telle fille par son prénom au cours de la séance : "Ah, Cynthia, je t'ai pas vue hier !", ou "Jess, bien ton step teutch".

Alors Magathe et moi, au début, ça nous a amusées, mais après plusieurs séances, ça a commencé à plutôt nous mettre sérieusement les nerfs que Lydie (la prof de step) ne nous appelle pas par nos prénoms, nous, d'autant qu'on commençait à sérieusement les maîtriser, les pas. Alors on a élaboré une technique pour se faire repérer. Moi j'ai acheté un jogging rose fushia et je me mettais pile dans son angle de vision, pour être sûre qu'elle me repère bien. De toute façon, à moins d'être aveugle, elle ne pouvait pas faire autrement, j'étais la seule à ne pas avoir de bas noir. Et Magathe, elle allait lui poser des questions à la fin du cours : "Est-ce que mes baskets sont bien adaptées à la pratique du step ?" ou " Quel type de baskets me conseilleriez-vous, parce que j'ai vraiment mal au pied droit à la fin de la séance...". On sentait qu'on commençait à enfin se faire repérer par Lydie, au bout de 2, 3 mois, facile. Et un jour, on est venues avec une troisième copine (Milou, je ne citerai pas ton nom afin de préserver ta dignité).

Il lui aura fallu une séance de step. Une seule. Pour devenir copine ad vitam aeternam avec la prof alors que nous on galérait depuis plusieurs mois. Comment ? C'est très simple. Elle a (délibérément ou pas, nous ne le saurons jamais) loupé le step et embrassé le sol après avoir fait un magnifique soleil, interrompant par la même occasion la séance, la rave party, les stromboscopes et tout le toutim, et faisant intervenir les secours.

Bien plus tard, elle m'avouera que les sportifs de la séance suivante étant en avance et suivant notre cours derrière la vitre, elle avait décidé de "tout donner" et qu'emportée par son élan, elle avait loupé le step. Milou n'a plus jamais fait de sport avec nous.

1 commentaire:

  1. tu oublies de dire qu'aujourd'hui Lydie nous a quittée et à était remplacée par une autre prof... tous ces efforts en vain...

    RépondreSupprimer

Merci pour ton commentaire, il sera modéré en attente de publication.
A bientôt !
Lili

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported License.